Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Pierre FORESTIER

1. La Beauté intrinsèque

- Bonjour Axiothée,

- Bonjour Professeur.

- Jean-Pierre Forestier m’a demandé de t’enseigner la Beauté.

- La Beauté est-elle enseignable, Professeur ?

- Elle est parfois contestable, Axiothée, c’est pourquoi, nous devons la définir scientifiquement, par le premier niveau de beauté, en commençant par la beauté essentielle, la beauté de la femme.

- J’ai toujours pensé que c’était impossible, Professeur, trop personnel, trop intime ou trop variable.

- Et plus que cela, Axiothée, Stendhal en fait une prétention risible en écrivant : « La science du beau est une drôlerie inventée par les philosophes pour la plus grande hilarité des artistes. »

- Vous voyez bien, Professeur !

- C’est un peu aussi ce qu’a laissé entendre Voltaire quand dans son Dictionnaire, au chapitre Beauté, il écrivit avec son humour habituel : « Demandez à un crapaud ce que c'est que la beauté. Il vous répondra que c'est sa crapaude avec deux gros yeux ronds sortant de sa petite tête, une gueule large et plate, un ventre jaune, un dos brun. »

- Beurk !

- En réalité, sous le sarcasme, Voltaire définit avec précision la beauté de la crapaude, alors pourquoi se priver de définir celle de la femme ?

- Crapaude ! La comparaison est peu flatteuse.

- Il s’agit pas ici de flatterie, Axiothée, mais de définir clairement et avec évidence, non pas ce qu’en ont pensé les autres, mais ce que nous pouvons voir ou déduire d’une manière certaine.

- J’ai déjà entendu cela, Professeur. Il me semble que c’était pendant un cours de philo.

- Félicitations élève Axiothée, tu as reconnue Descartes, plus précisément la troisième règle. Nous allons utiliser la sixième règle en nous limitant au visage, au visage de la femme et à un premier niveau de critères, celui de la Beauté intrinsèque.

- … !

- Oui, je sais qu’« intrinsèque » n’est pas un mot très seyant, surtout appliqué à la beauté !

- La beauté d’un vieil arbre sec !

- Hum ! Intrinsèque, signifie « indépendant de tous facteurs extérieurs ».

- Une sorte de beauté universelle !

- D’une certaine façon, oui, Axiothée, une beauté universelle, à condition de se limiter à quelques paramètres du visage. Dans le dialogue imaginé par Platon entre Socrate et un certain Hippias, avec son bon sens, ce dernier perçoit bien que la Beauté universelle est associée à la Femme ; il lui fallait juste se limiter à quelques critères.

 

- … ?

- Il suffit de regarder toutes les Reines de beauté, les Miss, comme on dit aujourd’hui. Toutes, absolument toutes depuis Miss Finlande jusqu’à Miss Tanzanie, en passant par Miss Chine, toutes ont en commun cinq critères.

- Sur leurs visages ?

 

 

- Oui, ces photographies sont celles de leur visage, Axiothée. Et si tu vas admirer des peintures ou des sculptures anciennes, et si elles représentent des visages féminins, tu retrouveras les mêmes critères de beauté.

- Si Miss Tanzanie est la plus belle femme pour les Tanzaniens, elle me semble assez différente de Miss Chine.

- Dirige toutes les forces de ton esprit sur les choses les plus faciles.

- Elles ont toutes de beaux yeux.

- Bon début, Axiothée les yeux sont très importants. Mais selon la Beauté intrinsèque, un visage féminin est beau, s’il est symétrique et ensuite, selon une juste et originale proportion dans les distances, s’ajoutent les yeux en amande et bien dégagés des sourcils, les pommettes hautes, et enfin le menton triangulaire. 

- Peut-être bien. Effectivement …..

- L’universalité de ces cinq critères montre l’universalité de l’espèce humaine.

Retour à l' École de la Beauté

Suite : 2. L’Esprit de la Beauté

 

Le site Admirable Deisgn héberge une autre version de l’École de la Beauté, l’ABC de la Beauté. dans la rubrique Clin d'œil et Tendances

Commenter cet article