Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Pierre FORESTIER

- Bonjour Professeur,

- Bonjour, Euphrosine,

- Vous vouliez, n’est-ce pas, Professeur, revenir sur Les femelles sont le moteur de l’évolution ?

- Oui, Euphrosine, plus précisément comment placer le choix des femelles dans l’opposition entre les théories de Lamarck et de  Darwin ?

- Je vous écoute, Professeur,

- L’épigénétique a été proposée par …

- Épi-génétique ? Épi ? la génétique des épis ? des épis de blé ?

- Pas exactement, Euphrosine, mais cela aurait pu être celle des épis de maïs.

Barbara McClintock, …

- ... ?

- ...

- Oui, Professeur. Barbara Mac... ?
- J'ai une certaine affection pour Barbara McClintock. Elle était guère plus âgée que sur la photo de gauche quand elle découvrit les transposons ou gènes sauteurs.

Ses travaux lui ont permis d'expliquer la présence de grain de maïs parfois colorés dans les épis ...

 

et peut être aussi les taches de rousseur.
Barbara McClintock est la première à avoir ouvert une faille dans le dogme du « tout génétique », et avoir initié de ce qui allait être regroupé sous le terme d’épigénétique …

- « une certaine affection » ? Que vouliez-vous dire Professeur.

- Barbara McClintock fut une Rebelle …

- Nous y voilà !

- Nous y reviendrons, Euphrosine.
Quand Barbara McClintock publia ses travaux, elle rencontra surtout la perplexité, voire une nette hostilité.  

Une si jeune chercheur ! et une femme ! Qui plus est, nous étions autour des années 1950 ! Elle dut se battre.

Il fallut attendre 1983, et son Prix Nobel pour qu’elle soit reconnue comme une Conquérante. …

- … !
- …
- Pardonnez-moi, Professeur, de vous sortir des rêveries dans lesquels le sourire de Barbara ne doit pas être absent. Vous en étiez à l’épi-génétique.

- Épigénétique : du grec épí, « au-dessus de », et de génétique. Le mot fut proposé par Conrad Waddington pour décrire quelque chose dans l’embryologie qui était supérieur la génétique.

Les gènes n’étaient alors qu’un concept
(leur matérialité ne fut démontrée que plus tard, en 1953 par James Watson, Francis Crick sans oublier Rosalind Franklin),

En embryologiste, Conrad Waddington avait présumé un lien avec la biologie de l’évolution ou pour reprendre les termes de Vincent Colot, dans L’épigénétique est modulateur clé de l’évolution :

 

… des « mécanismes de contrôle conduisant à une « mémoire » des états d’expression des gènes au travers des divisions cellulaires ou des générations » 

Dans l'épigénétique, ce n’est pas la séquence d’ADN qui est modifiée, mais uniquement l'expression des gènes.

De nombreux mécanismes d'épigenèses sont maintenant connus, ils sont induits par des événements extérieurs, l’environnement, etc. notamment les événements qui provoquent un stress. 

Par exemple que les meilleures feuilles soient placées trop hautes.

Ces "nouvelles" expressions  peuvent être transmissibles au fil des divisions cellulaires, voire des générations d'individus.

...

- Je vous suis, Professeur.
- Ces « 
événements extérieurs, l’environnement » ne rappellent-il pas furieusement « les habitudes, la manière de vivre et toutes les circonstances influentes » de Lamarck. N’est-ce pas Euphrosine ?

- Si fait, Professeur.

- Ce rapprochement a fait dire aux biologistes de l’évolution que

Darwin avait parfaitement raison mais Lamarck n’avait pas entièrement tort.

Dans le même article de Pour la Science, Edith Heard prend l’exemple du gène agouti, qui contrôle la couleur du pelage des souris.

Il a été possible d’induire une modification épigénétique de ce pelage et de la conserver sur plusieurs générations.

 

Mais, si parmi la progéniture, l’expression de la modification épigénétique est conservée pour certains, pour d’autres souriceaux elle ne l’est pas. 

 

- … !

- Intéressant, n’est-ce pas Euphrosine ? La suite l’est davantage encore : en sélectionnant les souris qui portent la couleur de pelage recherchée, "on maintient la lignée. »

Qu’en penses-tu ?

- ce « on » représente sans doute, les scientifiques qui ont travaillé sur ces souris.

- Très bien Euphrosine, et si tu transposes ce « on » à nos girafes ?

- Ce sont les femelles girafes qui ont effectué cette sélection ! 

(Si « on » avait laissé le choix des différents pelages aux souris femelles, quelle aurait été le pelage sélectionné ?)

- Je ne connais pas la réponse à ta question entre parenthèses, Euphrosine, mais que ce soit à la suite

d’une modification génétique aléatoire (celle mise en cause par Darwin)

ou d’une modification épigénétique (à la suite, par exemple, de stress),

la sélection appartient aux femelles.

 

 

Comme ne je parvenais pas à situer la part de Darwin et celle de Lamarck dans le choix des femelles, j'ai préfèré utiliser un néologisme, je te propose : …

genetic’amor

- Oui, Professeur, pourquoi pas, je vous écoute.

- Genetic’amor par analogie avec le fin’amor des troubadours.

 

 

- Magnifique, Professeur, et tellement romantique ! évoquant si bien la tendresse. Au revoir, Professeur,

- Au revoir, Euphrosine.

Commenter cet article