Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Pierre FORESTIER

01. Darwin

 

- Bonjour Professeur, je suis Euphrosine, avec un i, votre nouvelle élève.

- Bonjour Euphrosine, "avec un i"

- Je crois, Professeur, que vous allez m’instruire sur votre système des Régnants et des Conquérants,

- Instruire ? Disons plutôt que ce seront des analyses, des réflexions, des commentaires… auxquels j’espère que tu participeras, Euphrosine.

- Je ferais de mon mieux, Professeur.

- Le concept des Régnants/(Rebelles)Conquérants pourrait être celui-ci :

 

 

Régnants et (Rebelles)/Conquérants, tous font partie de la Biologie de l’évolution, au moins celle d’Homo sapiens.

Pour régner et perpétuer leur lignée, les Régnants observent des règles.

L’existence même de ces règles permet qu’elles soient … transgressées par les Rebelles, certains Rebelles deviennent des Conquérants.

Ce sont, chez Homo sapiens, ces Rebelles/Conquérants qui créent la principale évolution.

 

 

- « Biologie de l’évolution », feriez-vous référence à la « sélection naturelle » de Darwin, Professeur ?

- Naturellement, Euphrosine.

« Tous les organismes vivants sont en perpétuelle évolution, … la sélection naturelle fait qu’au sein d’une même espèce les individus les mieux adaptés à leur milieu se reproduisent davantage que les autres. »

Classique et maintenant parfaitement vérifiée, ce principe énoncé par Charles Darwin mérite quelques commentaires. Qu’en penses-tu, Euphrosine ?

- D’abord, ce « naturel », Professeur. Il y a tellement de sens donnés à « naturel » ! Cette sélection est-elle certifiée « bio » ?

- … ?

- C’était une plaisanterie, Professeur !

- …

- …

- Le « naturel » de Charles Darwin, Euphrosine, est ici simplement l’antonyme, le contraire, d’artificiel, c'est-à-dire réalisé par l’art des humains, « art » dans le sens de savoir-faire.

Charles Darwin oppose la « sélection naturelle » à la sélection artificielle, celle qu’il a observée chez les éleveurs de chevaux qui « créent » les chevaux les mieux adaptés à la course, au travail des champs, aux attelages, etc.. Ensuite, Euphrosine ?

 

- « Dans le choix des coursiers ne sois pas moins sévère.

Du troupeau, dès l’enfance, il faut soigner le père ».

-Virgile, Troisième Géorgique.

« Heureux le sage, instruit des lois de nature » Deuxième Géorgique, Euphrosine, mais : ensuite ?   

- Ensuite, Professeur, « mieux adaptés » me semble correspondre à un critère de qualité.

Ce sont les organismes vivants de meilleure qualité … les êtres vivants … supérieurs … qui sont sélectionnés ... et donc selon des critères définis par l’homme, au moins certains hommes.

- Intéressant, Euphrosine. J’ai bien senti que tu avais hésité quand tu as parlé « êtres supérieurs »

- Il renvoie à de funestes idéologies, n'est-ce pas Professeur.

- Le sombre glissement de « mieux adaptés » à « êtres supérieurs » est déjà celui dans lequel s’engouffra le propre cousin de Charles Darwin, Francis Galton, c’est aussi lui qui inventa le mot « eugénisme ».

L’absurdité de l’eugénisme est déjà dans la définition même de la sélection naturelle de Darwin, puisqu’il s’agissait, aux yeux de Galton d’améliorer la « race humaine », comme le font les éleveurs de chevaux.

- Il s’agit donc de sélection artificielle et non pas de sélection naturelle. C’est cela Professeur ?

- Oui, Euphrosine. L’eugénisme contient des interrogations auxquelles il est impossible de répondre : « supérieur à qui ? », « supérieur en quoi ? ».

L’eugénisme implique de prévoir le prochain « milieu/environnement » auquel seront confrontés les individus de la génération suivante. Or, jusqu’à présent, personne n’a réussi à prévoir le futur.

La meilleure réponse d’Homo sapiens à un futur aussi inconnu qu’incertain est sa diversité, une diversité qui semble supérieure à celle de toutes les autres espèces. Or la  diversité est le contraire de l’eugénisme.

- Selon une sélection naturelle, cette diversité a permis à notre espèce de conquérir la planète...

- … !

- Et ensuite, Euphrosine ?

- « se reproduisent davantage que les autres » concerne la quantité. Les descendants seront plus nombreux.

Qualité et quantité.

- Tes analyses sont pertinentes, Euphrosine, et elles nous serviront plus tard. J’ajouterais que que dans la sélection naturelle de Darwin, ces deux paramètres, qualité et quantité sont liés par une causalité : si les organismes vivants « se reproduisent davantage » c’est qu’ils sont « mieux adaptés ».

Ne vois-tu rien d’autre ?

- … ?

- La notion d'évolution, et plus encore celle de "perpétuelle évolution", Hervé Le Guyader l’intègre à l'instabilité, à la dynamique du vivant …( Voir Le journal du CNRS sur la théorie de Charles Darwin et les nombreux et remarquables autres écrits d’Hervé Le Guyader sur l’évolution.)

- Cette « instabilité » n'est-pas celle des Rebelles, et cette « dynamique » pourrait-elle être celle de vos Conquérants ? N’est-ce pas Professeur?

- En partie, oui, Euphrosine,

- ... ?

- Cette instabilité est celle des Rebelles qui s’opposent, et déstabilisent les Régnants.

La dynamique, avec sa connotation positive, est celle des, quelques, Rebelles, qui deviennent Conquérants.

 

Pas de Régnants, pas de Rebelles,

pas de Rebelles, pas de Conquérants ;
et pas d’évolution !

 

… … Nous reviendrons longuement sur ces enchaînements, Euphrosine.

Quant à la lignée, la descendance, Euphrosine,  « plus que la sélection naturelle, l’idée novatrice de Darwin est la descendance avec modification ».

- Mais, Professeur, d’après ce que j’ai compris de vos Régnants, ne veulent-ils pas perpétuer leurs lignées ? c'est-à-dire une descendance SANS modification. Nous approchons de l’eugénisme de Galton !

- Pas exactement, Euphrosine, Francis Galton proposait une « amélioration » mais il est vrai que les Régnants perpétuent la structure familiale traditionnelle. Les modifications, ce sont les Conquérants qui les apportent.

- Les Régnants s’opposent aux Conquérants !

- Nous verrons plus tard, Euphrosine, qu'en réalité, les Régnants profitent des Conquérants.
Ce sont les Rebelles qui se rebellent contre les Régnants !

La dynamique de l'évolution d’Homo sapiens est le fruit de cette opposition.

- … !

- Avant de terminer cette leçon inaugurale, je voudrais m’adresser aux thuriféraires de tous bords .

- … ?

- Il est vain de glorifier l’un ou l’autre : Régnants, Rebelles ou Conquérants. 

Tous,  aussi bien les Régnants que les Rebelles et les Conquérants, tous sont indispensables à l’évolution de l’humanité.

- Et dans un certain sens, Voltaire nous a montré la voie de cette tolérance, n’est-ce pas Professeur ?

- Félicitations, Euphrosine. Mais peut être encore davantage dans son Dictionnaire philosophique portatif

- Au revoir Professeur.

- À bientôt, Euphrosine.

 

Commenter cet article