Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Pierre FORESTIER

L’essentiel

- La principale cause du cancer est probabiliste.

- Tous les cancers sont causés par une combinaison de cette malchance, d’agressions extérieures et de l’hérédité.

- Pour toute espèce, une mutation peut conduire à une nouvelle lignée qui résistera aux agressions extérieures, ou sera conquérante.

- Avant de dégénérer, un cancer a eu un « bourgeon » de mutation.

- Pour être utile à la Sélection naturelle, ce bourgeon doit apparaître pendant l’adolescence, l’âge des confrontations avec des agressions extérieures.

- Les conquêtes de l'Inutile sont utiles à l'Espèce.

- Le cancer serait un terrifiant effet secondaire de l’Évolution.

- Un test prédictif du cancer utiliserait la comparaison entre l’ADN de l’enfant et celui du jeune adulte.   

Il n’y a point d’effet sans cause

« Pangloss enseignait la métaphysico-théologo-cosmolonigologie. Il prouvait admirablement qu’il n’y a point d’effet sans cause, et que, dans ce meilleur des mondes possibles, le château de monseigneur le baron était le plus beau des châteaux et madame la meilleure des baronnes possibles. »

Ironise Voltaire, dans Candide, sur la philosophie de Leibnitz.

Le cancer n’est certainement pas la meilleure des choses possibles, et nécessite des précautions épistolaires car chacun a été touché par le cancer, soi-même ou à travers un proche.

Mais le pathétique ne doit pas nous empêcher, comme l’aurait fait Leibnitz, de réfléchir aux causes du cancer, puisqu’il n’y a point d’effet sans cause.

Bad luck

Selon une vision déterministe, le cancer a une causalité

Les travaux  de Cristian Tomasetti et Bert Vogelstein de l’Université Johns Hopkins (Baltimore, USA) nous offrent une cause … probabiliste, celle de la malchance, le “bad luck”, celle d’une mutation se produisant par hasard pendant une réplication normale, celle de cellules [souches] non cancéreuses.

Et …

… ce « bad luck » concerne la majorité des cancers.

 

 

En considérant l’ensemble des cancers, dans une publication de l’Université Johns Hopkins, les deux auteurs précisent que : 

All cancers are caused by a combination of bad luck, the environment and heredity

Le hasard, la malchance, ou la recherche de nouvelles lignées ?

Il n’y a pas que pour Pangloss, alias Leibnitz, que l’irruption  du probabilisme, y compris en biologie, est difficile à accepter.

Le déterminisme est tellement plus confortable pour l’esprit cartésien ou leibnizien, et pour ceux qui veulent s’assurer des crédits de recherche réguliers.

    

Parfois quelques travaux émergent comme ceux repris par Jean-Jacques Kupiec sur

 

L'expression des gènes : la révolution probabiliste

… dont l’introduction laissait augurer quelques espoirs,

Le hasard a longtemps été absent de la génétique et de l'embryologie, deux domaines « trop humains » pour laisser une place à l'aléatoire : ce n'est plus le cas, l'expression des gènes et la mise en place de structures organisées n'obéissent pas nécessairement à des processus déterministes.

C’était en ... 2005 !

 

Dans le Hors-série de Pour la Science consacré à la génétique, Axel Kahn pointe également le rôle primordial du hasard  

 

 

L’Homme est un simple être vivant

Même si nous nous enorgueillissons d’être doués de pensée, nous sommes des êtres vivants et vis-à-vis de la Sélection naturelle nous y sommes soumis exactement comme tous les autres êtres vivants. Et même comme les plus archaïques des êtres vivants : les bactéries.

Dans un milieu hostile, les bactéries « cherchent » à sauvegarder non pas l’individu mais l’espèce.

      Pour résister à une agression, par exemple à des antibiotiques, les bactéries « provoquent » des mutations. Ces mutations donnent à l’espèce d’espérance de nouvelles lignées « résistantes » à l’agression à laquelle les individus peuvent être soumis.

Avec les antibiotiques, l’attaque est chimique mais la réaction serait la même pour des agressions physiques, comme les UV, la température excessive ; ou des infections par des virus (bactériophages, …), etc..…

       Certaines agressions provoquent également des modifications directes de l’ADN : il s’agit des rayons ionisants ; certaines substances chimiques comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques (par exemple l’anthracène), etc.

    Pour l’espèce humaine, il conviendrait d’ajouter le stress (individuel), les l’agressions sociales comme la surpopulation, le stress (à propos du stress social voir aussi l’École de la Beauté.17  ), etc. ;

       En réalité, la biologie non apprend que la plupart de ces mutations ne sont pas « provoquées » mais que c’est le système réparateur des mutations de l’ADN qui est plus ou moins inhibé (notamment, celui mettant en jeu la protéine P53). Il faudrait donc dire « pour répondre à une agression, les êtres vivants ne réparent pas leurs mutations. ». La résultat est le même, l’ADN a été modifié.

 

Chez les organismes pluricellulaires, par exemple l’espèce humaine, simultanément ou non, indépendamment ou non, d’autres systèmes peuvent intervenir comme alternative à la réparation, par exemple :

- la baisse du niveau de réponse du système immunitaire,

- le recours à des cellules souches (plus particulièrement les pluripotentes, c'est-à-dire celles qui peuvent former n’importe quel organe).

 La plupart des bactéries sont tuées par les antibiotiques, ou par les mutations non/mal réparées, mais, statistiquement, il suffit qu’une seule bactérie soit résistante, pour qu’une nouvelle lignée apparaisse.

Remarquons, pour rester dans la biologie de l’évolution que même pour les êtres ayant une reproduction sexuée, il s’agit bien de nouvelle lignée, et pas de spéciation puisque l’interfécondité est généralement conservée, au moins provisoirement, c'est-à-dire pendant quelques milliers (millions ?) d’années.

 

C’est la biologie de l’évolution ou des populations qui doivent être considérées, l’Élan vital, pour reprendre et abuser de l’expression d’Henri Bergson.

     Arthur Schopenhauer, quand à lui mettait en scène l’Espèce dont le vouloir tout puissant contrôlerait jusqu’à l’amour qu’éprouve un homme pour une personne du « beau sexe » (hautement misogyne, Schopenhauer n’envisageait pas l’inverse !)

Élan vital

C’est le même Élan vital qui gouverne à la fois les populations humaines et les populations bactériennes soumises à des l’agressions.

 

Pas plus que « l’Espèce bactérie », l’Espèce humaine a comme ambition de ne pas disparaître, et si possible de conquérir de nouveaux écosystèmes.

Selon la théorie que j’ai développée à partir de la leçon 19 dans l’École de la Beautéles Régnants sont ceux de la première ambition et les Conquérants ceux de la conquête.

     

Le séquençage des génomes a récemment confirmé l’ampleur de la complexité génétique des cancers, puisque les mutations impliquées peuvent varier non seulement d’un individu à l’autre, d’un organe à l’autre, mais également d’une cellule à l’autre. Chaque cellule cancéreuse se comporte comme une bactérie qui a été soumise à une agression.

 

Période optimale : l’adolescence.

Il n’y a point d’effet sans cause et la recherche de nouvelles lignées fait partie des « lois » de l’évolution de tout être vivant

      Dans une recherche de nouvelles lignées, à quel moment de la vie d'un individu une mutation est-elle la plus utile à l’espèce ?

Logiquement après l’enfance, et avant la première procréation, c'est-à-dire pendant l’… adolescence.

Pendant l’enfance, l’être humain n’est que potentiellement utile à l’Espèce. Après la procréation, l’utilité devient limitée, je vais y revenir.

L’adolescence n’est-elle pas l’âge des révoltes, des turbulences, des excès, des explorations multidirectionnelles ?

 

       Nouvelles sensations, nouvelles mutations.

En s’exposant à de nouvelles agressions l’adolescent s’expose aussi à de nouvelles mutations.

En recherchant la confrontation avec le monde environnant que l’adolescent ouvre la voie vers de nouvelles lignées. Et, Cristian Tomasetti et Bert Vogelstein placent bien « l’environnement » en second dans les causes du cancer. 

   

En s’exposant volontairement aux agressions situées aux frontières du monde des adultes, l’adolescent est un Conquérant qui « prépare » de nouvelles lignées à la conquête de mondes nouveaux.

     Devenu adulte et procréateur, ce sont ses enfants, s’ils sont « mutants », qui seront en mesure de conquérir l’extérieur des frontières ou bien de continuer à régner sur l’écosystème actuel en « résistant » aux agressions.

Les variations climatiques avaient que déjà été pointée par Darwin comme étant des facteurs importants de l’évolution. Nos ancêtres semblent avoir résisté aux « agressions » climatiques en adoptant simplement une nourriture plus variée.

 

      En réalité, seulement un très petit nombre de ses descendants sont des « élus ». La plupart des mutations sont,

- soit réparées, soit muettes,

- soit rendues inactives par la recombinaison des chromosomes de la mère et du père.

De plus, les mutations actives, peuvent être délétères ou n’apporter aucune résistance aux agressions qu’ont connues les parents pendant leurs excès d’adolescents. C’est uniquement statistiquement, au niveau de l’Espèce qu’un « bénéfice » pourrait apparaître.

Voici quelques exemples parmi les mutations « récentes » :

- La lactase est enzyme qui permet de digérer le lait. Elle n’est normalement plus exprimée chez l’adulte. Une mutation est apparue il y a plusieurs milliers d’années, elle s’est conservée chez éleveurs, puis s’est répandue, et maintenant 75% des Européens peuvent boire du lait.

- Les yeux bleus sont également une acquisition « récente » de l’espèce Homo sapiens.

- Pour l’apparition de la peau « blanche », voir Anecdote.1 de la Beauté au soleil.

Terrifiant effet retardé

     Certaines mutations ont pu être mal réparées, pas tout à fait muettes. Selon une observation qui n’aurait pas déplu à Leibnitz, c’est en général plus tard, quand l’aptitude à se reproduire et/ou à prendre soin des enfants s’estompe, que les mutations peuvent provoquer des cancers chez les anciens adolescents.

      Il n’y a point d’effet sans cause et un cancer pourrait déjà être à l’état de bourgeon chez l’adolescent.

 

 

À ma connaissance, la seule étude montrant l’existence de ce « bourgeon » concerne le mélanome.

 

Une exposition déraisonnable au soleil (les « coups de soleil ») accroît, faiblement (ce « faiblement » est en accord avec le « bad luck » comme étant la principale cause de mélanome) ;

… faiblement mais significativement, le risque de voir plus tard se développer un mélanome. La catégorie pour laquelle ce risque s’accroît le plus n’est ni celle des adultes ni, contrairement à ce qui est généralement entendu, celle des enfants, mais justement celle des adolescents, et plus particulièrement les roux à peau laiteuse.

 

En termes d’évolution, les mutations générées pendant l’adolescence ne sont pas un échec, mais …

… le cancer qui en découle en est un terrifiant effet secondaire

 

      L’Espèce n’est pas diplômée, ni en science politique ni en philosophie, et n’a aucun a priori. Elle ne connaît pas à l’avance les qualités que doit posséder un individu pour lui permettre de créer une nouvelle lignée. La biologie des populations est seulement soumise aux statistiques.

Les résultats de Cristian Tomasetti et Bert Vogelstein laissent présumer que certains aspects de la biologie de l’évolution et des populations soient ceux de la mécanique probabiliste. Le « chaos » qui apparaît à l’observation de la dynamique de populations de poissons pourrait en être une preuve.

Allons-nous vers une biologie probabiliste, rien n'est moins probable.

 

 

     Par son côté aléatoire, le cancer se situe exactement dans la sélection naturelle de l’évolution darwinienne.

 

Par contre la partie qui permet de se rapprocher du transformisme de l’évolution lamarckienne, et qui différencie la bactérie de l’espèce humaine, est le choix par les adolescents de la nature des « hors limites ». En effet, les risques pris et les agressions subies ne sont pas aléatoires mais choisis aux « frontières »,

« frontières » qu’une mutation permettrait de dépasser à la génération suivante.

 

Contrairement, par exemple au chimpanzé qui est parfaitement adapté à sa forêt, l’évolution d’Homo sapiens n’est pas finie.

 

Le cancer est-il le prix à payer pour que notre espèce continue son évolution ?

Tests prédictifs

   D’après les travaux de Cristian Tomasetti et Bert Vogelstein, l’hérédité n’apparaît qu’en troisième position dans les causes du cancer, loin derrière la « malchance » et « l’environnement » (mais toutes les causes peuvent se cumuler)

    Les tests prédictifs sur ADN à la naissance ou à n’importe quel moment de la vie n’ont donc qu’une valeur extrêmement relative.

 Par contre des tests comparatifs entre l’ADN de l’enfance et celle du jeune adulte, (ou d’une femme enceinte) pourraient mettre en évidence un bourgeon de cancer.

Biologie probabiliste

 

« Le cancer est la première cause de décès prématuré avant 65 ans aussi bien chez l'homme que chez la femme et représente respectivement 38% des décès masculins et 47 % des décès féminins observés sur la période 2004-2008 »

Ces chiffres et que la principale cause du cancer soit la « malchance » vont-ils éveiller les biologistes à la biologie probabiliste, plus que pour créer un Intelligence Biophysique ?  

Je crains que non, mais c’est une autre histoire.

Commenter cet article