Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Pierre FORESTIER

« [Ce] léger stress au sein des cellules de l'organisme [étant] le même que celui qui se produit lorsque nous jeûnons ou pratiquons une activité physique. », forts de cette observations, plusieurs auteurs ont regroupés tous ces stress comme étant des stress métaboliques ou même nutritionnels, tous semblables à de la Restriction calorique.

     Pour profiter les effets bénéfiques de cette Restriction calorique, plusieurs équipes ont essayé de bloquer le métabolisme cellulaire du glucose par le 2 désoxy-D glucose (2-deoxyglucose). Parmi ces équipes, Mark Lane, du National Institute on Aging (Baltimore, USA), avait proposé pendant l’hiver 1998 le concept de mime de restriction calorique pour définir les substances (comme le 2 désoxy-D glucose) qui provoquent les modifications de paramètres biologiques semblables à la restriction calorique.

LANE, M. A., INGRAM, D. K., & ROTH, G. S. (1998). 2-Deoxy-D-glucose feeding in rats mimics physiologic effects of calorie restriction. Journal of Anti-Aging Medicine, 1(4), 327-337.

   Des modifications bénéfiques ont bien été observées, comme la baisse de l'insulinémie à jeun et la température corporelle, mais le 2 désoxy-Dglucose s'est révélé avoir une fenêtre d'action trop étroite entre la toxicité et l’absence d'efficacité.

     Mais le concept de Mime était lancé et il a demeuré.

Parmi les Mimes de Restriction Calorique répertoriés dans Wikipedia, figure le Metformine (qui a été le sujet d’un de mes posts sur LinkedIn, j’y reviendrais dans Beauté, Biologie et Philosophie.)

Bien que donnant un effet semblable à ceux d’une restriction calorique, Mark Mattson ne qualifie pas ses végétaux amers de Mimes mais ses « légers stress » nous montre le voie vers des substances provoquant des stress métaboliques bénéfiques pour la peau.  

    Le lien avec l’effet sur le cerveau est également légitimé par l’origine embryo-génétique du cerveau qui « n’est que » une invagination de la couche extérieure, la blastula.

 

 Vers l’analogie entre nos « actifs » de cosmétologues et les Mimes

 

Retour vers la page d'accueil Amertumes, Mimes et Beauté

Commenter cet article