Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Pierre FORESTIER

Des substances présentes dans l'épiderme, comme le NMF, ou ajoutées avec les produits cosmétiques, comme la Vaseline ou le glycérol pourraient agir également en modifiant la part d'eau comme-de-la-glace

NMF

Il est possible/probable que les éléments du NMF (voir ci-dessous) participe à l’absence d’eau organisée comme-de-la-glace. (Absence observée par Monika Gniadecka)
     L’urée est un agent chaotropique reconnu, c'est-à-dire détruisant les liaisons hydrogène et provoquant la précipitation, ou au moins la dénaturation des protéines.
D’autres, comme l’acide lactique, le PCA, etc. pourraient créer des liaisons hydrogène particulières avec l'eau.
À ce titre, le NMF justifierait bien son appellation de Facteur naturel d'hydratation, ou plus exactement comme
facteur de structuration des kératines.

NMF pour Natural Moisturizing Factor est le terme proposé par Jacobi en 1958 pour désigner l'ensemble de petites molécules qui peuvent être extraites par lessivage à l'eau du stratum corneum isolé.
Le NMF représente environ 20% du la masse du stratum corneum.
Il est composé (environ):
- d'acides aminés libres 50% (dont un modifié : l'acide pyrrolidone carboxylique = PCA), ils proviendraient de l'hydrolyse de la filaggrin) :;
- d'acide lactique : 12%;
- d'urée : 7%;
- de sodium : 5%;
- de potassium : 4%;
- de chlorure : 6%; etc.

Autres "hydratants"

 D’autres « hydratants » reconnus comme la Vaseline® Petrolatum (hydrophobe) et le glycérol (hydrophile) seraient en réalité également des pièges/capteurs d’eau-comme-de-la-glace.
Directement pour la Vaseline (étudié par
Wiechers en 2003), indirectement en modifiant la structure des bicouches céramidiques, pour le glycérol.

Le glycérol pourrait, être non seulement une « hydratant »/structurant mais aussi un métabolite de la flore du stratum corneum. Un prébiotique qui nous permettrait de chouchouter nos gentilles bactéries. Il contribuerait ainsi également à l’homéostasie de l’épiderme.

Retour à la page Une crème « hydratante » ?

Commenter cet article