Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Pierre FORESTIER

L’essentiel :

- La peau rêche, « sèche » et irritable ne manque pas d'eau mais doit être restructurée.

- La Crème au stéarate et les crèmes "hydratantes" n'apportent pas d'eau à l'épiderme mais participe à sa restructuration.

- L’eau organisée comme-de-la-glace joue un rôle essentiel dans la structuration des kératines de l’épiderme (kératinisation)

- Un excès d’eau comme-de-la-glace provoque la peau rêche, « sèche » et irritable. Cet excès se rencontre par exemple par temps froid.

- La capture de l’eau organisée comme-de-la-glace permet une bonne kératinisation

- In vivo, cette capture de l’eau organisée comme-de-la-glace est effectuée par les bicouches glucocéramidiques du stratum granulosum.

- la Crème au stéarate procède à une capture semblable depuis le stratum corneum

Autrement dit :

- Une crème hydrante/humidifiante n’apporte pas d’eau à la peau mais lui soustrait une forme particulière d’eau, l’eau comme-de-la-glace.

- Cette capture améliore de la kératinisation qui elle-même améliore la structuration de l’épiderme, qui elle même s’oppose à l’apparition d’une peau rêche, « sèche » et sensible.

- Cette capture est normalement effectuée par les bicouches glucocéramidiques du stratum granulosum, une crème hydratante supplée aux carences de ces bicouches.

 

Nos crèmes « hydratantes » sont efficaces pour rendre sa normalité à une peau « sèche », rêche et irritable, notamment par temps froid. De quel mode d’action ces crèmes tiennent-elles leur efficacité ? Répondre à cette question, ou au moins essayer d’y répondre, m’a obligé à croiser de très nombreuses concepts et données scientifiques, et d’abord m’intéresser à la première des crèmes « hydratantes » : la Crème au stéarate.

Suite

Suite

Pour les détails de la démonstration, vous pouvez cliquer sur le lien correspondant

 

Mais qui est exactement sa Majesté la Crème au stéarate, et comment la préparons-nous ?

En réalité, sa Majesté n'est pas une crème mais un gel constitué de bicouches lipidiques en cristaux liquides, … comme les bicouches céramidiques du stratum corneum.

En annexe, vous pouvez consulter les articles sur bicouches céramidiques du stratum corneum et les fonctions des bicouches céramidiques du stratum corneum et plus spécialement : la perte insensible en eau  et la kératinisation  

     Même si elle n’hydrate pas l’épiderme, l’eau est pourtant un point central qui justifie de connaître ses différents états, ainsi que la solvatation de substances hydrophobes dans l’eau,

        Partant des mêmes intuitions que Linda Rhein et Johann Wiechers selon lesquelles « La peau sèche est avant tout une sensation qui traduit ce qui se passe plus profondément »,
- en y ajoutant les réserves de nombreux cosmétologues concernant l’hydratation de l’épiderme
- je fais l’hypothèse que ce « plus profondément » est la kératinisation,
- et que
la peau "sèche" ne manque pas d’eau mais est la conséquence d’une anomalie de la kératinisation

         Comme la kératinisation est un assemblage de protéines, il peut être utile de faire un détour par le mécanisme général de l’agrégation/solvatation des protéines…. et de l'appliquer au cas particulier du rôle de l'eau comme-de-la-glace dans  l’assemblage des trios de Kératine 1, Kératine 10 et de Filaggrin. 

J'aboutis finalement au double concept :


In vivo, la capture de l’excès d’eau-comme-de-la-glace par les bicouches glucocéramidiques du stratum granulosum régule la kératinisation.
2° Les crèmes « hydratantes » et notamment la Crème au stéarate procèdent à la même capture depuis le stratum corneumVoir Modélisation

Des questions sur l'eau liée m'étant souvent posée, vous trouverez mes réponses dans une remarque

Des substances présentes dans l'épiderme, comme le NMF, ou ajoutées avec les produits cosmétiques, comme la Vaseline ou le glycérol pourraient agir également en modifiant la part d'eau comme-de-la-glace. Voir Autres "hydratants 

Et aujourd'hui ? Sa Majesté la Crème au stéarate conserve ses propriétés structurantes, mais son toucher n'est plus d'actualité.
La Crème au stéarate rajeunit la peau, mais
comment la rajeunir la Crème au stéarate

Digression : L’eau, distinguée selon ses deux formes comme-de-la-glace ou vrac serait dont un
« principe » actif. Elle serait active non seulement dans l’épiderme, mais dans les tissus nerveux via l’organisation de la myéline.  Voir
L'eau comme principe actif

Hydratante ? Non !

Si vous avez adhéré à tout mon exposé, vous avez compris qu’il est vain de chercher à objectiver l’action d’une crème « hydratante » en voulant montrer, de toute force, que l’épiderme contient plus d’eau après qu’avant l’application ! Aussi vain que de se faire verser un sceau d'eau sur la tête.

     Je reste persuader qu’une esthéticienne chevronnée est, à ce jour, la meilleure façon de juger l’efficacité de nos produits sur une peau « sèche », rêche et irritable. Mais ceux qui préfèrent, ou qui veulent ajouter, de la biophysique (je suis biophysicien !) peuvent rechercher un effet structurant par une corrélation avec la teneur en eau comme-de-la-glace.

_

Émolliente ? Non et non !

Permettez-moi une dernière remarque.
Qualifiée (à tort) d’« Hydratante » (
elle est structurante), la Crème au stéarate est encore moins émolliente.
NON! Non et non, Sa Majesté n’a jamais ramolli les tissus !
Au contraire, et comme l’ont fait Burroughs & Wellcome, il est légitime de lui associer des « actifs » aux propriétés astringentes (le contraire d’émollient), anti-inflammatoires, cicatrisantes, … comme Hamamelis virginiana
L.

Courte bibliographie

Jean-Pierre FORESTIER
Biophysicien, Ingénieur de la Beauté, apprenti bio-philosophe

Merci par avance de vos remarques et commentaires

En utilisant les liens vous pouvez aller à n’importe quel point de la démonstration. Comme mon cheminement intellectuel a commencé par la « découverte » de la Crème au stéarate, vous pouvez commencer par ce chapitre.
Sa majesté la Crème au stéarate