Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Jean-Pierre FORESTIER

_

Emma, la Rebelle du Néolithique.
Épilogue

- Félicitations, Euphrosine, tu as parfaitement réussi ton interview.

- Merci, Professeur. Une Grand reporteur doit savoir écouter, et je me suis trop souvent laissée aller à trop parler !

- Un peu, Euphrosine ! Juste un peu.

Mais tes analyses ont apporté de nouveaux éclairages, y compris sur l’histoire du peuple Cheyenne …

- Au début, je n’étais pas très à l’aise …

- C’est vrai, Euphrosine, mais tu t’aies rapidement rattrapée et tu as maîtrisé l’interview en gardant le fil de tes questions.
Le vieux Rebelle, Miché-sarhad, nous apporte le témoignage que le Néolithique est né d’une rébellion, d’une rébellion inattendue, celle de quelques vieillards qui ne voulaient pas se laisser mourir, des vieillards abandonnés par leur tribu, abandonnés car ils ne pouvaient plus marcher. Ces Abandonnés voulaient vivre, vivre encore un peu, un peu plus longtemps.

Contraints, malgré eux, à devenir des Sédentaires, ces grands-mères et ces grands-pères, ensemble, dans ce « kibboutz de vieux », ont inventé l’agriculture, l’élevage, les logis familiaux, la poterie, et bien d’autres choses encore et qui nous semblent tellement banales aujourd’hui.

- Avant de partir interviewer Michel, tu avais imaginé un basculement vers la Sédentarité commençant par un « Beau temps aujourd’hui, je me sens en forme…. ».

- Ce n’était qu’une plaisanterie, Professeur.

- C’est bien ainsi que je l’avais comprise.

Une Rébellion ne peut être que brutale, Euphrosine, brutale, rapide et inattendue. Mais ce basculement a bien commencé par une décision.

- Celle d’Emma de proposer de semer des pois !

- L’orge subtilisée par Emma quand elle était responsable du brassage n’était qu’une façon encore plus ou moins confuse de se rebeller.
Emma, la Rebelle, voulait juste sauver son époux de la funeste soumission à la Nature.
C’est bien en proposant de semer des pois qu’Emma a réellement commencé à convertir sa Rébellion en une Conquête.

- Cette Rébellion, même suivie d’une Conquête, celle qui a permis la première récolte, n’a duré que quelques mois. Or j'entends parler, Professeur, de milliers d’années nécessaires au basculement vers la Sédentarité !

- Si les mythes ont été les premières approches d’une certaine abstraction, c'est le calcul qui a permis de domestiquer cette abstraction et, pour plagier Henri Bergson, cette domestication de l’abstrait a permis à Homo sapiens de "lancer sa conscience à travers la matière".

- Emma a parfaitement observé que le calcul rendait les Illuminés plus inventifs .

- Le développement des facultés d'abstraction ne nous a-t-il pas, de générations en générations, éloigné de plus en plus de l’animalité ? Lire plus ...

- Et éloigné le néolithique des Nomades soumis à la Nature !

- Sans ces premiers cailloux alignés par la petite-fille d’Emma et de Michel, Albert Einstein aurait-il pu proposer sa théorie de la Relativité restreinte ?

- Sans aller aussi loin, Professeur, sans la bière brassée par Emma, sans le Pacte de la bière, la nouvelle communauté de sédentaires n’aurait été qu’éphémère.

- Je ne sais pas si Albert Einstein était amateur de bière !

- … ?

- Éphémère, voilà qui donne à réfléchir.
D’abord, une Rébellion ne peut être que brutale, Euphrosine, brutale, rapide et inattendue.

- Quand Emma la Rebelle, a proposé de semer des pois !

- L’orge subtilisée par Emma quand elle était responsable du brassage n’était encore qu’une façon plus ou moins confuse de se rebeller contre la soumission à la Nature, contre cette funeste soumission dont son époux aurait du mourir.
En proposant de semer des pois, Emma a réellement commencer à convertir sa Rébellion en une Conquête.

- Je sais, Professeur, qu’avant de partir interviewer Michel, j’ai imaginé ce basculement commençant par un « Beau temps aujourd’hui, je me sens en forme…. ». Ce n’était qu’une plaisanterie, et je n’entends parler que de milliers d’années.

- Une Conquête ne devient pérenne que si elle consolidée, absorbée, …

- … digérée, gérée par les Régnants. Oui, Professeur.

- Les accords conclus par le Pacte de la bière peuvent être considérés, tu l’as toi-même bien remarqué, Euphrosine ! comme un contrat commercial, un contrat d’échange de marchandises contre un service.
Dans l’intérêt des deux parties, les Sédentaires fournissent la bière et de leur côté les Nomades les protègent contre les pillages.
Ce Pacte peut aussi être considéré comme l’amorce d’une consolidation, le début d’une gestion par des Régnants.
La consolidation après un bouleversement sociétal aussi considérable que la Sédentarisation n’a pu se faire qu’après une succession de vagues dans un sens ou dans l’autre, ou dans tous les sens.  

Par ailleurs, en considérant l’ensemble des tribus participant aux Grands Rassemblements, la majorité de ces tribus est restée  nomade, et chasseur-collecteurs, tandis que parallèlement dans un village, une minorité de sédentaires, agriculteurs, a cultivé de l’orge et préparé la bière nécessaire aux élévations spirituelles.

Tant que durait le Pacte de la bière cette cohabitation nomades-sédentaires n’avait aucune raison d’être éphémère.

Par contre, à l’abri de ce Pacte, les villageois purent consolider leur savoir-faire en l’agriculture, en l’élevage, dans l’art de conserver les aliments, dans l’art de polir les haches, et bien d’autres techniques.
Ce village a-t-il séduit-il de plus en plus d’amoureux rebelles, d’Illuminés en mal d’inventions ? C’est possible.
Non limitées à un intervalle de quatre ans, les naissances se sont-elles multipliées ? C’est certain.
Le temps passant, de plus en plus de villageois vécurent difficilement un Pacte qui certes les protégeait mais qui les asservissaient à cultiver de l’orge pour les nomades.
Un jour, certains agriculteurs rebelles sont partis fonder d’autres communautés de sédentaires.
Combien ont échoué ? Certainement la plus grande majorité !
Mais certains,
certains poussant leurs troupeaux et emportant religieusement leurs semences,
ont fini par implanter une succession de villages depuis la Perse jusqu’au Bassin parisien et au Sahara alors verdoyant.

Parmi cette succession de Rebellions, le plus souvent éphémères, quelques-unes furent suivies de Conquêtes, quelques-unes de ces Conquêtes furent consolidées par des Régnants, voilà ce qui a pu s’étendre sur des centaines, voire des milliers d’années : la consolidation par de Régnants !

- Michel vit encore dans l’euphorie de l’égalité de son kibboutz de vieux. Les jardins potagers privés vont-ils se développer ? Quelle forme prendra alors sa société ? Sera-elle une société de Régnants ? Certains Régnants ne deviendront-ils pas plus égaux que d’autres ?

- Tôt ou tard, certains Régnants ne deviendront-ils pas plus égaux que d’autres ?

- Consolidation, Euphrosine, et si j’ai bien compris les sous-entendus de ta question, ne rime pas obligatoirement avec patriarcat ! Ce schéma nous le transposons depuis nos sociétés occidentales modernes, mais,

lire David Graeber et David Wengrow permet de nuancer nos schèmes de pensée. Dans Au commencement était …, preuves anthropologique et archéologiques à l’appui, ces deux savants montrent, que « Certaines régions du monde ont vécu pendant des siècles, voire des millénaires, selon d’autres modes d’organisations plus égalitaires et moins belliqueuses » … que celle du « capitalisme contemporain » … et occidental.
La prise du pouvoir par des Régnants plus « égaux que d’autres » n’est pas une fatalité !

- Pourtant, Professeur, L’incapacité à maîtriser le calcul a contraint la communauté d’Emma et Michel à déléguer la répartition des réserves sur deux personnes, la petite-fille et l’Illuminé architecte. Même si la confiance était totale, ce transfert de responsabilité donnait du pouvoir aux deux comptables.
Plus tard, se percevant comme une élite, certains comptables n’ont-ils pas été tenté d’étendre leur autorité à l’administration et à tous les leviers de la gestion de la communauté.

- En n’en voyant, évidemment, que l’aspect négatif, Yuval Noah Harari a également évoqué cette possibilité. Même dans l’œuvre d’Einstein, Harari n’aurait retenu que les zones d’ombre !

_

- Mais, Professeur, dans les sociétés où certains Régnants ont été plus égaux que d’autres, ces communautés n’ont-elles pas basculé dans un système patriarcal ?

- C’est envisageable, notamment si ce sont des guerriers qui ont pris le pouvoir. (Lire plus « le règne des soudards »)

« La force des armées » étant la discipline, et la discipline reposant sur une hiérarchie ; celle-ci créée des inégalités qui ont pu être transposées à toute la société.
Par contre, rien n’indique qu’un pouvoir détenu par des comptables ne glisse inexorablement vers un système patriarcal, de même si le pouvoir est détenu par des prêtres. Les prêtres, comme les comptables, pouvaient être des deux sexes, et même hermaphrodites, et la société restée égalitaire entre les hommes et les femmes.
Il en a été ainsi dans l’antique Égypte où selon l’hymne à Isis « le pouvoir des femmes [est] égal à celui des hommes. ». 
En lire plus …

- Mais le patriarcat n’a-t-il triomphé dans les sociétés « à infrastructure technologique avancée » ?

- Plus ou moins, Euphrosine. Plus ou moins selon les sociétés.
Un système égalitaire peut perdurer entre les femmes et les hommes dans un système très hiérarchisé comme, je viens d’en donner l’exemple, celui de l’Égypte des pharaons.
À l’inverse, un système pseudo démocratique comme celui d’Athènes était conjugué avec une domination féroce des femmes par les hommes.

Domination qu’il convient de nuancer. En lire plus …

- Pour en revenir à la liste des inventions révolutionnaires du néolithique, Professeur, n’auriez-vous pas oublié la libération de l’Amour ?
En entrant en rébellion contre les règles funestes des Nomades du Paléolithique, les Abandonnés n’ont-ils pas permis à la passion amoureuse de s’épanouir ?
La Révolution du Néolithique est l’invention de l’Amour !
Le Néolithique a inventé l’Amour ! …        

- Cette liberté de l’Amour, et de la sexualité, tu l’as parfaitement … j’allais dire parfaitement « chantée », Euphrosine. Je la réservais pour l’étudier maintenant, avec toi.

- … ?

- Comme tu l’avais soupçonné avant de partir rejoindre Michel, dans ce bouleversement sociétal, l’action des femmes, et en premier celle d’Emma, a été central.

- Emma, sa petite fille et la jeune femme qui avait « fauté » !

- Si la Révolution du Néolithique est l’invention de l’Amour, la libération de la sexualité a bien été celle des femmes !

- Pour en revenir à votre liste des « inventions », Professeur, n’auriez-vous pas oublié la libération de l’Amour ?
En entrant en rébellion contre les règles funestes des Nomades du Paléolithique, les Abandonnés n’ont-ils pas permis à la passion amoureuse de s’épanouir ?
La Révolution du Néolithique est l’invention de l’Amour !
Le Néolithique a inventé l’Amour ! …        

- Cette liberté de l’Amour, et de la sexualité, tu l’as parfaitement … j’allais dire parfaitement « chantée », Euphrosine. Je la réservais pour l’étudier maintenant, avec toi.

- … ?

- Comme tu l’avais soupçonné avant de commencer ton voyage dans le Néolithique, dans ce bouleversement sociétal, l’action des femmes, et en premier celle d’Emma, a été central.
Si la Révolution du Néolithique est l’invention de l’Amour, la libération de la sexualité a été celle des femmes !

- … Et aujourd’hui, Professeur ? Ne deviez-vous pas analyser un « autre bouleversement, qui se passe sous nos yeux » ?

- C’est bien celui que nous allons étudier, Euphrosine.
Cette nouvelle révolution sexuelle concerne suprêmement les femmes.
Repartons d’abord au Néolithique.

- Je vous écoute, Professeur

- La domestication de différents végétaux et animaux n’est-elle pas la résultante de la Rébellion du Néolithique ?

- Devenue une Conquête !

- En revanche, cette Rébellion d’Emma s’est faite contre, contre une autre domestication.

- … ?

- La domestication du corps des femmes.

- … !

- Chez les Nomades du Paléolithique, quand elles n’étaient pas échangées contre leur gré, les femmes n’étaient-elles pas soumises à la règle absolue d’une procréation tous les quatre ans ? exactement quatre ans !

- Vous voulez parler, Professeur, des Grands Mélanges ceux des Grands Rassemblements ! Il me semble que les femmes y gardaient le choix de leur partenaire, leur partenaire d’une nuit, ou parfois, discrètement, celui de toutes les nuits.
Et outre la fécondation, la jouissance restait un objectif sacré même si, selon Emma, elle était destinée à préparer au futur accouchement.

- Certes, Euphrosine, mais entre les Grands Rassemblements, la femme n’était-elle astreinte à l’amour « autrement » ? Uniquement autrement, quel que soit sa préférence !
Car il s’agit bien de la « sodomie imparfaite », comme tu l’as très bien démontré. Pour n’importe quel biologiste ; aussi bien l’usage des
« herbes » que l’abstinence sont totalement irréalistes !

- « Imparfaite » ! D’autant plus imparfaite, Professeur, que pour qu’elle ne se fasse pas dans la douleur, la femme doit s’y être préparée, et mieux, s’y être habituée, entraînée, depuis l’émergence de sa sexualité !

- … depuis l’émergence de sa sexualité ! oui Euphrosine, c’est bien ce que laisse penser de nombreux textes, ceux qui n’ont pas été censurés par les traducteurs du XIXème siècle, dont la pudibonderie patriarcale allait jusqu’à omettre les « Par Hercule ! » et autres jurons des discours de Pline ! Alors parler de sodomie, même hétérosexuelle, même « imparfaite » !

- -Ne nous éloignons pas, Professeur !
Si depuis la révolution du Néolithique, le corps des femmes n’est plus domestiqué, Professeur, est-il réellement libéré ?

- Comme tu l’as, encore une fois, toi-même analysé, les mariages arrangés des Régnants des sociétés modernes ne sont qu’une résurgence des échanges de femmes entre les tribus du Paléolithique. Si la Révolution industriel a permis une certaine libération de l’amour, c’est maintenant, Euphrosine ! Seulement à l’époque, que nous vivons, toi et moi, une nouvelle étape de la libération de l’amour ! Une formidable étape, une étape cruciale de la Conquête de la libération de l’amour est en cours !

- … ?

- Cette fois, pour la première fois, la femme peut maîtriser son corps, comme jamais elle n’a pu le faire dans toute l’histoire de l’humanité.
En affirmant « le droit inaliénable des femmes à disposer de leur corps et de leur libre maternité », la féministe Margaret Sanger était bien The Woman Rebel, comme elle se définissait elle-même.

À ses débuts, son Planning familial, le Planned Parenthood, était plus revendication, incantation qu’efficacité.

Mais la chance était avec elle, les fées de la chimie, le génie de Gregory Pincus et le soutien philanthropique de Katharine McCormick posèrent à son chevet la pilule anticonceptionnelle.
La Rebelle Margaret Sanger pouvait devenir une Conquérante. …
En lire plus … 

La sédentarisation du Néolithique a marqué la rébellion de la femme contre la domestication de son corps, c’est avec la Pilule que la femme a franchi la suprême étape.
La femme était Rebelle, elle est devenue Conquérante, une Conquérante de son corps. Conquérante de son corps de femme, elle a fait de la procréation une décision féminine.

- ...

- En ces temps là, les fées étaient généreuses, usant de la physique, de la chimie et de la biologie, elles offrirent également au Planning familial le « dispositif intra-utérin », ou stérilet.

- Mais, Professeur, par le monde, plusieurs voix s’élèvent encore …

- Toute conquête, Euphrosine, est suivie d’une période de consolidation,

- Celle des Régnants ! Que certains soient ou non plus égaux que d’autres !

- Une conquête aussi suprême que celle de la Pilule, ne peut être consolidée qu’après plusieurs pulsations, dans un sens ou dans l’autre, ou dans tous les sens.
Dans
Où en sont-elles, Emmanuel Todd, en géographe-anthropologue se fait l’écho de ces différents soubresauts.
Chacune de leur côté, plusieurs autrices font état de ces vagues, de différentes natures et de différentes intensités, curieusement souvent basées sur leurs expériences personnelles.

- N’est-ce pas ce qu’on a vécu dont on parle le mieux, Professeur ?

- Peut-être, Euphrosine. Peut-être. Même si je ne partage pas toutes les opinions de l’autrice, je reprends volontiers quelques-unes des vagues rapportées par Camille Froidevaux-Metterie dans l'excellente introduction d’Un corps à soi.

- Qui sont ?

- Les suffragettes étasuniennes de 1848 considèrent la maternité comme un service des femmes vis-à-vis de la nation, comme de leur côté, les hommes doivent un service militaire. Voir Droit de vote aux États unis

Les femmes ayant obtenu le droit de vote, elles se devaient de remplir leurs engagements vis-à-vis de la maternité. Ce fut le « creux la vague féministe des années 1940 à 1960 ».

C’est au fond de cette vague qu’une déflagration retentit, Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir.

- …

- Pour moi, 1968 serait la vague euphorique de l’Amour.
Cette euphorie a commencé, il est bon de le rappeler, par une rébellion de femmes, plus exactement une rébellion d’étudiantes, des étudiantes qui revendiquaient la liberté de recevoir un garçon dans leur chambre, dans leur chambre de résidence universitaire.
Quelques garçons se sont précipités pour relayer cette Rébellion de l’Amour (en y ajoutant une regrettable politisation par diverses extrêmes Gauches rivales).
Si ces premières Rebelles étaient à Nanterre, elles furent rapidement rejointes par les étudiantes d’autres universités, également périphériques comme Orsay, ou provinciales, comme Rennes, ou Caen.
Parallèlement, et c’est important, la Mutuelle nationale des étudiants de France avait installé plusieurs antennes du Planning familial ; dans ces antennes des médecins rebelles prescrivaient la Pilule. Rebelles, puisque les décrets d’application de la loi Neuwirth n’avaient pas encore été signés.

- Si vous en parlez si bien, Professeur, n’est-ce pas que vous avez vécu ces « événements » ! Ne sont-ce pas des expériences personnelles ?

- Sans doute, Euphrosine. Sans doute, mais pour moi,1968 a été la rébellion sociétale, la rébellion de la liberté de l’Amour … dix millénaire après celle du néolithique.

- … ! Mais aujourd’hui, où en sommes-nous, Professeur ?

- Avant d’y arriver, permets-moi juste, Euphrosine, d’ajouter un autre exemple, un exemple qui atteste la diversité des inévitables vagues, celles qui secouent inévitablement une consolidation …

- Allez-y, Professeur !!

- Dans les années quatre-vingt-dix, les femmes en âge de procréer avaient été éduquées par leurs mères soixante-huitardes, voire par leurs grands-mères, celles qui s’étaient estimées trahies par le « creux de la vague ».
C’est dans cette douce quiétude des acquis que les jeunes femmes croyaient éternels, que des campagnes anti-Pilule réussirent à semer le doute. Heureusement, les bonnes fées veillaient et de nouvelles pilules anticonceptionnelles permirent de, nouvelles consolidations.

- Et aujourd’hui, Professeur. N’aviez-vous pas des révélations à nous faire ?

- Pour d’autres vagues, tu liras le livre de Camille Froidevaux-Metterie.

- Bien entendu, Professeur, je m’y référerais. Et maintenant ?

- Selon les féministes écoutées par Emmanuel Todd, nous en serions à la vague du « féministe antagoniste », ou de l’« androphobie », dans laquelle l’adversaire, voire l’ennemie est l’ensemble de la gent masculine.

- … ?

- Cet antagoniste est certainement en grande partie intellectualisé, surévalué et restreint à une courte minorité occidentale. Mais cette adversité n’est-elle pas naturelle ?

- Naturelle ? Que voulez-vous dire, Professeur ?

- Nous réfléchissons, n’est-ce pas, Euphrosine ? à la consolidation qui suit une conquête.
À quelle condition une conquête devient-elle pérenne ?

- Nous l’avons déjà dit plusieurs fois, Professeur, par une récupération par des Régnants ; comme au néolithique !

- Qui sont aujourd’hui les Régnants, Euphrosine ?

- Ceux qui règnent en s’appuyant sur une société encore largement patriarcale !

- … et, comme patriarcale, cette société s’oppose inévitablement aux revendications féministes.
Cela fait partie des nécessaires soubresauts.
L’invention de la Pilule aurait été différemment, digérée par les Régnants d’une société égalitaire, entre femmes et hommes, comme celle de l’Égypte antique.  
En lire plus …

- Je le conçois aisément, Professeur. Et maintenant ?

- Tu sembles impatiente, Euphrosine, voire un peu irritée.

- …

- Ne serait-ce pas parce que suis un homme, certes un vieil homme, mais un homme qui se permet de considérer le féminisme comme sujet d’étude, pire encore, un homme qui se permet de s’intéresser au corps des femmes dans ce qu’il a … j’allais dire intime … non, simplement un homme qui s’intéresse à ce corps dans ce qu’il a de féminin !
Mais un homme qui sais aussi, rester humble devant les multiples facettes du féminisme.

- …

- Puisque nous en sommes aux paradoxes, permets-moi d’en ajouter un autre. Un paradoxe qui permet un espoir raisonnable. Mais qui risque de t’irriter un peu plus …

- … ?

- Qui sont, au moins en France, les gouvernements qui ont été les plus ouverts au féminisme ?

- Ceux qui sont généralement catalogués comme étant une Droite libérale.

- Oui, Euphrosine. C’est un fait historique !

- …

- Ne sont-ce pas des gouvernements de Droites qui, au moins en France, ont été les plus ouverts au féminisme ?
Le paradoxe n’est qu’apparent, il s’agissait de droites libérales, or être un libéral sincère concerne aussi bien l’économie que les mœurs.
En lire plus …

N’est-ce pas la philanthrope Katharine McCormick qui a permis à la Pilule d’exister

Le libéralisme me permet de rejoindre, par une autre voie, l’espérance d’Emmanuel Todd, celle d’un « féminisme de réconciliation ».
J’irais même jusqu’à pressentir que la prochaine vague soit celle d’un féminisme de complicité, de complicité avec les hommes, un féminisme pas très éloigné de celui que revendique Camille Froidevaux-Metterie. Bien que politiquement à l’opposé !

- … ?

- Dans Un Corps à soi, cette philosophe propose magistralement de passer du corps de la femme comme lieu d'aliénation, à un corps vecteur d'émancipation.

- La Pilule n’a-t-elle pas déjà déclencher un mouvement qui a permis à la femme de libérer son corps de femme ?

- La proposition de Camille Froidevaux-Metterie constitue une des nombreuses vagues qui permettent la consolidation des conquêtes en général, et ici, féminines.
Un corps vecteur d'émancipation demeure, à ce jour, sans doute la plus pertinente de ces consolidations.

- Merci de votre enthousiasme, Professeur. Merci pour votre optimisme !

- Concernant le corps de la femme, il reste une rébellion à faire contre une autre domestication …

- … ?

- Celle de la médecine, Euphrosine ! Trop peu de féministes s’en préoccupent, mais une vague fondamentale de l’émancipation du corps des femmes devra concerner le domaine médical.
Féminiser la médecine, voilà une vague de Rébellion qui ne peut se faire qu'en collaboration avec la gent masculine ! Les adversaires sont ailleurs !
Depuis très récemment, quelques avancées semblent émerger, espérons qu’elles seront consolidées. Lire plus …

- Espérons, Professeur, que de la libération du corps des femmes, sous tous ses aspects, ne mette pas des milliers d’années à être consolidée, comme celle du néolithique ?

- Je reste optimiste, Euphrosine. C’est peut-être le privilège de l’âge !

- Merci, Professeur.

- C’est toi qu’il faut remercier, Euphrosine.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article